Bébé qui pleure: normalité ou stress caché?

Un bébé ou un petit enfant a toujours un air innocent et a toujours l’air d’aller bien. Mais un bébé qui pleure, au-delà des violences physiques, peut parfois révéler un stress de l’enfant que l’on ne connaît que trop peu.

En effet, nous sommes loin de tout savoir. Tout comme l'adulte, l’enfant peut ressentir du stress, et cela commence dès sa conception, dans le ventre de sa mère.

Bébé qui pleure: normalité ou stress caché?
Le stress d’un bébé qui pleure peut avoir pour origine le manque de douceur et les agressions externes qu’il a subis avant même sa naissance.

Durant la grossesse, l’enfant est déjà en mesure de ressentir le stress de sa mère, il sait reconnaître la voix de son père ou de toute autre personne qui parle fréquemment auprès de sa mère. Il peut reconnaître si cette voix est porteuse de douceur ou d’agressivité et il en ressent le bien-être ou l’inconfort.

La naissance d'un enfant est toujours un moment très stressant et l'on oublie trop souvent que le bébé ressent intensément tout ce stress.
Les contractions et l'arrivée dans un nouvel environnement sont des moments de grand stress, mais dont l’adulte ne se souvient pas. Le bébé qui pleure juste à sa naissance est la preuve d’un changement radical et stressant, mais qui en général ne dure pas.

Cependant, ce stress de la naissance peut se prolonger avec la prise en charge du bébé par les médecins, infirmières et tout le personnel médical, pour vérifier qu'il va bien: étude de la réaction de ses pupilles en lui fixant une lumière vive dans les yeux, piqures, prises de sang et autres soins médicaux.

Le pire est si l'enfant ne rencontre pas sa mère tout de suite. Il a été pendant neuf mois dans une situation très privilégiée, en contact permanent avec sa mère. Le fait d'en sortir est une grande étape pour lui, et on l'oublie trop souvent.

Les bébés qui pleurent le plus sont le plus souvent ceux qui sont mis en couveuse, qui ne sont pas pris dans les bras de leur mère, qui ne reçoivent pas de câlins ou ne sont pas touchés et caressés, qui ne sont pas rassurés, et qui connaissent alors un stress pouvant avoir des conséquences négatives à plus long terme.

Bébé qui pleure: normalité ou stress caché?
Un bébé qui pleure le fait rarement sans raison: la cause est parfois un stress que l’on ne comprend pas.

Un enfant qui nait à tout à apprendre, et cela ne se passe pas toujours en douceur: connaître sa mère et le monde extérieur d'une autre manière, douleurs de la faim, de la digestion, les crampes, le froid, la chaleur, les odeurs...

En quelques heures à peine, son système nerveux aura été plus souvent stimulé que ne le sera le système d’un adulte pendant plus d’une journée voire même pratiquement une semaine entière selon l’environnement dans lequel il vit.

Toutes ces raisons peuvent facilement expliquer pourquoi parfois un bébé qui pleure n’a pas forcément d’excuse apparente.

Nous oublions trop souvent que l'enfant lui aussi peut subir des tensions et être dans un état de stress temporaire ou permanent. On ne peut pas se rendre compte que la musique qu'on adore et qu'on met fort dans la maison l'agresse, ou que le petit pull que vous préférez et qui lui va si bien le gratte, ou encore qu'il préfère dormir avec la peluche qui a votre odeur plutôt qu'avec celle offerte par la voisine... Comme l'enfant ne peut pas s'exprimer, nous commettons parfois quelques erreurs.

Il est important de protéger son enfant contre les agressions externes qui le stressent, sans pour autant le surprotéger, car il doit apprendre à connaître le monde extérieur. Tout doucement, il faut l'habituer au monde qui l'entoure dans un climat de confiance et d'harmonie. Bébé qui pleure deviendra alors bébé qui rit et qui apprend.

Autres ressources